1. La jeunesse du Monstre


    datte: 12/06/2017, Catégories: Anal, Hardcore, Sexe interracial, Auteur: hondo1906, Source: xHamster

    Je m’appelle Mohammed, mais tout le monde m’appelle Momo dans la cité. J’avais 13 ans quand tout à commencer. Comme beaucoup de jeunes des cités, je n’avais que très peu de repères dans la société. Mes parents parlaient assez mal le français et ne pouvaient pas suivre ma scolarité. Tout ce qui les intéressait, c’était les émissions télévisées qu’il pouvait capter grâce à leur parabole, dressée fièrement sur leur petit balcon de leur F4 HLM. Momo, comme on l’appelait dans la cité, J’étais donc livré à moi même et je traînais le quartier avec ma bande de copains, cherchant à faire les 400 coups. Au collège, ce n’était pas la joie. Les professeurs, méfiants face au public des banlieues, essayait de dispenser leurs enseignements, parfois dans un brouhaha chaotique, parfois dans un silence mortel et froid. Tout dépendait de la personnalité du prof : S’ils manquaient d’autorité, c’était la catastrophe pour lui…nous en profitions largement et généralement ils ne terminaient pas l’année. C’est pourquoi d’autres profs nous écrasaient par une autorité disproportionnée, pour mieux casser l’ennemi. Mlle Berne se classait parmi ceux là. Son cours se passait dans un silence de plomb. Dés qu’un élève faisait un geste ou osait une remarque, il était alors crucifié par une réplique cinglante dont seule Mlle Berne pouvait inventer. Alors que je taquinais ma jeune voisine, en essayant de lui peloter les seins pour rire, Mlle Berne m’avait pris à partie : -Jeune Homme, ce n’est pas parce que ... vous abordez votre puberté qu’il faut vous croire obliger de sauter sur tout ce qui porte une jupe…et encore faut il en avoir les moyens ! ! ! Un analphabète est incapable de séduire quiconque, ou alors peut être un singe… Etes vous proche de ses animaux ? La classe profita de cet instant pour éclater de rire. Moi, rouge de confusion, incapable de répondre à l’affront, humilié par ma prof et par les quolibets de mes camarades, je jurai bien de me venger un jour… Avec mes potes, je surveillai les allées et venues de Mlle Berne, relevant l’heure d’arrivée, de sortie, la suivant jusqu’à chez elle, dans les magasins… Tant et si bien, qu’après 15 jours d’investigation, je connaissais parfaitement son emploi du temps. J’avais remarqué qu’elle était toujours l’une des dernières à sortir de l’établissement. Elle restait parfois tard dans sa classe pour corriger des copies ou pour préparer ses cours. C’est là que sa vengeance allait sonner… Accompagné de trois de mes meilleurs copains, nous n’eûmes aucun mal à nous planquer au sein de l’établissement après la dernière sonnerie. Une fois sûrs qu’il n’y avait plus personne dans le couloir, nous nous approchâmes subrepticement de la porte 404, celle de Mlle Berne. En l’entrouvrant silencieusement , je vis ma prof assise à son bureau, la tête plongée dans ses copies, très concentrée par sa tâche. Elle poussa un cri de surprise lorsque nous pénétrames dans la salle en se ruant vers elle. En moins d’une minute, elle fut ceinturée, jetée à ...
«1234»