1. Face cachée


    datte: 14/06/2017, Catégories: f, fh, fhh, extracon, inconnu, Oral, pénétratio, extraconj, Auteur: Nicole, Source: Revebebe

    Je m’appelle Nicole et j’ai quarante-deux ans. Je suis mère de famille : trois enfants que j’adore. J’ai un mari, Alain, que j’aime. Il a été mon premier amant et cela dure toujours, presque vingt-cinq ans plus tard. Nous habitons une belle maison en région parisienne. Il a une situation professionnelle qui suffit à nous faire vivre. Si bien que moi, je peux développer une activité artistique sans avoir la pression de gagner forcément de l’argent. J’ai des cheveux châtains mi-longs. Je trouve mon visage plutôt quelconque. Mais quand je me regarde dans la glace, je crois pouvoir dire que, si j’étais un homme, j’aurais envie de coucher avec moi. Sexuellement avec Alain ? En vingt-cinq ans, les choses ont changé, mais je dois dire que ça va plutôt bien. Bon alors ? Tout va bien ? Il y a sept ans, mon mari s’est vu proposer une promotion mais à l’export ! Nous en avons longuement discuté et il a finalement accepté. Cela impliquait de nombreuses absences, mais nous avons pensé que c’était jouable. D’ailleurs, au début, ça l’a été. Nos retrouvailles étaient plus intenses. Mais au bout d’un an, j’ai commencé à devenir plus facilement irritable. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi. J’ai fini par me rendre à l’évidence : j’avais alors trente-six ans et ma libido me faisait savoir quand elle n’était pas très contente, qu’elle se sentait frustrée. Au bout d’un moment, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose. Donc, il me fallait prendre un amant, c’était évident. Eh bien ... non, pour moi, ça ne l’était pas du tout. Je culpabilisais à l’idée de tromper un homme à qui j’avais été fidèle jusqu’ici. Et je ne voulais pas prendre le risque de faire s’écrouler ce que nous avions construit, simplement à cause d’une libido un peu trop exigeante. 1. La solution Un matin, mon mari était à l’étranger et mes enfants à l’école. Je travaillais à la maison. Soudain, je saisis ma tablette et me mis à rechercher un texte érotique à lire. Je pensais pouvoir calmer mes ardeurs de cette façon. Le premier texte que j’ai commencé à lire, je l’ai laissé tomber à la moitié environ. Ma pauvre fille, qu’est-ce que tu fais ? Reprends-toi. Je me repris donc. Et recommençai à chercher une heure plus tard. Toute la journée se passa ainsi. Mais le succès ne fut pas au rendez-vous. Le lendemain non plus d’ailleurs. Pas plus que les jours suivants jusqu’au retour de mon mari. Je n’eus alors plus besoin de chercher quoi que ce soit puisque j’avais tout sous la main. Lors de son absence suivante, c’était un après-midi. La tablette en main, je m’installai confortablement sur mon lit, plutôt que de rester à mon bureau. Je suis alors tombée sur un long récit, que je trouvais bien écrit. Ma main libre s’empara de ma poitrine et je commençai à me caresser. Le récit avançant, ma main descendit lentement vers mon ventre. Je finis par retrousser ma jupe légère, me caressai les cuisses. Mes caresses évoluaient au rythme du récit. Je me séparai du dernier rempart que constituait ma culotte. ...
«1234...10»