1. Attache-moi !


    datte: 16/06/2017, Catégories: fh, couple, cadeau, gros(ses), complexe, amour, cérébral, Oral, pénétratio, attache, yeuxbandés, tutu, Auteur: TomaN7, Source: Revebebe

    — C’est vrai ? Cela t’exciterait de sentir des cordes te serrer et t’immobiliser dans des positions inconfortables ? Nous sommes dans les bras l’un de l’autre. J’aime ces instants de tendresse, où je suis serrée contre toi, dans notre lit. Comme à ton habitude, tu es nu, une main posée sur un de mes seins, à travers ma chemise de nuit. Encore une fois, je n’ai pas envie de sexe, alors tu m’as proposé d’en parler. Tu as eu l’adresse de ne pas aborder de choses qui fâchent, de mon absence de désir, du peu de plaisir que je prends lorsque nous faisons l’amour. Enfin de plaisir physique, bien sûr. Te voir comme un fou et sentir la jouissance t’envahir sont des satisfactions tellement puissantes pour moi ! Tu ne peux pas savoir à quel point je me sens bien dans ces moments-là, à quel point je suis heureuse d’être. Être quoi ? Être aimée, être désirée, tout simplement. Mais y a-t-il des choses plus importantes ? Malheureusement cela ne dure jamais, la réalité me revient toujours en pleine face, au détour d’un miroir où je ne peux ignorer toutes mes rondeurs. Je sais que tu aimes mon corps, bien plus que je ne l’aime moi-même d’ailleurs. Ton regard sur moi m’est indispensable. J’avais tellement de mal à m’assumer telle que je suis avant que je te connaisse ! — Non, ce n’est pas ce que je veux dire, mon fantasme n’est pas le C’est quoi le mot déjà ?— Bondage ? C’est ça que tu cherches ? Oui c’est bien ça. Mais comment peux-tu parler de ces choses aussi légèrement ? Moi, je suis à ... chaque fois toute gênée, les mots ne sortent que goutte-à-goutte de ma bouche, comme si prononcer des mots si explicites allaient me faire du mal. — Ce n’est pas le bondage qui m’intéresserait, mais plutôt d’être attachée au lit aux quatre coins du lit. Décidément, parler de cela n’est pas du tout naturel chez moi, je me sens rouge écarlate, je ne peux que murmurer cette phrase hachée à ton oreille. — Avec des menottes ? me demandes-tu. Menottes, ce mot me semble honteux, ma gêne est encore augmentée, je ne peux m’empêcher de m’imaginer écartelée avec ces anneaux de métal à mes poignets et à mes chevilles. Mais en même temps que la gêne nait quelque chose d’indéfinissable en moi, ce n’est pas de l’excitation, du moins pas encore. — Non, plutôt autre chose de moins Enfin de plus Quelque chose de fait exprès.— Hmm, je vois Tu vois, mais tu ne l’as pas dit, et je t’en remercie. Je ne suis pas prête à entendre ce mot composé, qualificatif des bracelets que j’imagine maintenant m’immobiliser. Je me vois nue, sur le dos, accrochée solidement au lit, à t’attendre. C’est cette fois bel et bien un soupçon d’excitation qui me chauffe doucement le ventre. Qu’est-ce que j’aimerais être ruisselante de désir pour toi ! Qu’est-ce que j’aimerais que l’on crie à l’unisson un plaisir immense et partagé ! De nombreuses fois, alors que nous faisons l’amour, ou à d’autres moments, le désir monte en moi, se propage peu à peu, comme il le fait maintenant. Mais immanquablement, une pensée me vient tôt ...
«1234...8»