1. les ouvriers


    datte: 17/06/2017, Catégories: Transexuels, Auteur: Prescillia, Source: xHamster

    Le matin dans la semaine pour me rendre à mon travail, je prends les transports en commun, puis je finis mon trajet à pieds en passant par des petites rues. Les commerces ouvrent, et le centre-ville s’anime avec tous les gens qui vont travailler dans toutes les directions. Quand je descends du bus, je ne suis pas seule à descendre à cet arrêt, une quantité importante de personnes en font de même... Nous sommes tous et toutes pressés de nous rendre à notre travail à l’heure... Un matin comme les autres, marchant sur le trottoir, je suis passée devant une boutique fermé pour cause de travaux... Sans y faire plus attention que ça... Je me souviens vaguement que c’était un magasin de vaisselles et de cadeaux.. Il avait blanchi les vitres des vitrines pour que les ouvriers puissent travailler dedans sans être dérangés par ce qu’il se passe à l’extérieur... Quand je suis passée devant la porte, j’entendais la radio, et des voix d’hommes qui travaillaient... Ils ont dû m’entendre passée avec mes talons qui cliquetaient sur le trottoir, signant l’arrivé d’une femme... Une fois que je suis passée devant la porte, ils se sont précipités par curiosité pour voir s’ils pouvaient se rincer les yeux... Bien entendu, je me suis faite sifflet, en me lançant des tas de mots crue... C’est normal vu ma tenue de ce jour-là... ; mini-jupe moulante noire (ras le cul), collant naturel brillant (Sublim de Dim), petit blouson matelassé court serré à la taille noir faisant bien ressortir le bas du ... corps, puis ce jour-là j’avais eu envie de mettre mes grandes cuissardes noires... tout l’air d’une pute... Je me suis prise au jeu... Je me suis arrêtée un peu plus loin, puis je me suis retournée... Et avec un beau sourire, je leurs ai répondu ; « chiche... » En réponse à leurs ; « t’ai bonne... salope... viens me sucer... je vais te démonter... » Déjà, lorsque je me suis arrêtée, surpris, ils ont arrêté leurs sifflets et leurs insultes, croyant certainement qu’ils allaient se faire remettre à leurs places... Et quand je leurs ai répondu, ils ont été une seconde fois surpris que ce soit une voie de mec... Un des deux a relevé tout de suite ; « ho, putain c’est un trav... » « Tu as fini de tapiner, ma salope, tu rentres faire dodo... » Je suis venu vers eux, pour m’expliquer, ils ne faisaient pas les fier... mais comme tout bon male, ils restaient, me faisant front... Une fois arrivée devant eux, je leurs ai expliquée que je n’étais pas une pute, et que je me rendais à mon travail comme tous les jours... Ils se sont un peu civilisés... Je ne pouvais pas trop perdre de temps à discuter avec eux, il fallait que je file travailler... En partant, un deux me dit ; « il parait que ça suce bien un trav ? C’est ton cas ? »... Je lui répondis ; « tu verras bien à ta pause déjeuner... » Je ne sais pas si j’avais bien répondu... en m’avançant un peu... mais, leurs affronts m’exacerbaient... « À midi, salope, pour ma pipe... » Puis ils sont rentrés travailler dans la boutique, j’ai repris ...
«123»