1. Non-assistance à personne en danger


    datte: 17/06/2017, Catégories: fhhh, grp, gros(ses), fsoumise, Oral, Oral, Partouze, hdanus, attache, confession, Auteur: RobertAnne, Source: Revebebe

    Entre les textes et la réalité, ce n’est pas toujours facile de trouver son chemin. Une femme se fait agresser et aucun voyageur ne réagit ! Honte à eux ! Mais, déjà, ce n’est pas si simple, car un mauvais coup est toujours possible et on ne compte plus les bons samaritains qui se retrouvent à l’hôpital alors qu’ils ne pensaient faire que leur devoir. Et si par malheur ils blessent l’agresseur, alors ils vont se retrouver devant la justice. Alors, imaginez mon inquiétude ! Je suis esthéticienne : soins du visage, du corps, épilations et massages relaxants. Parmi mes clientes, Axelle est presque devenue une amie. Elle vient, une à deux fois par mois, depuis plusieurs années, avant son mariage et après. J’ai suivi, par ses confidences, l’évolution de sa relation. Je dis « confidences » car mes soins sont des moments privilégiés, surtout pendant l’épilation intime où nous, les femmes somment réceptives et ouvertes, sans jeux de mots. Très vite Axelle a trouvé que son mari la délaissait malgré toutes ses tentatives de séduction. Pourtant, elle est mignonne : grande, élancée, de beaux seins, des hanches rondes et un minou si mignon que je me retiens à chaque fois de plonger pour aller le goûter. Mais il faut savoir rester pro. Je ne comprends pas les hommes. Une femme comme elle devrait être le centre du monde. Je sais de quoi je parle. Moi, c’est l’inverse : je suis petite et grosse, pas du tout dans les canons de beauté actuels. Et lorsque j’arrive à me brancher sur un mec, je ... suis obligée d’employer des arguments frappant pour le garder, un peu. Si je n’ai pas la beauté, je suis devenue une experte pour « le cul ». Eh bien, vous me croirez si vous voulez, mais même avec ces arguments, je n’arrive pas à les garder longtemps. Alors, Axelle c’est une sorte de revanche, pour moi. Donc ma cliente, qui a des besoins très prononcés, a pris des amants. Moi, je vis par procuration ses aventures qu’elle me raconte, pas avare de détails croustillants. Mais, et c’est là où le bât blesse, depuis quelque temps elle ne m’en parle plus. Une envie de discrétion ? La rencontre d’un homme dont elle est tombée amoureuse ? Peut-être, mais d’autres faits m’inquiètent. Je découvre sur sa peau des marques, qui sans être trop prononcées, semblent suspectes. Comme si on l’avait frappée. Oh, ce ne sont pas des bleus évidents, mais toute une accumulation de marques, rougeurs, voire de traînées roses. Et si Axelle était tombée sur un amant brutal ? Et si son mari avait découvert son infidélité et se vengeait en la battant ? Impossible de savoir ! Lorsque je la questionne, elle me répond, énigmatique : — Ce sont des marques d’amour. Je suis inquiète. On dit que les femmes battues refusent de voir la réalité et trouvent, au moins pendant un certain temps, des excuses à leur bourreau. Que dois-je faire ? Aller à la police ? Et si, je me trompais ? Il faut que j’en sache plus avant de m’avancer. Je me suis organisée pour qu’elle soit ma dernière cliente, et dès qu’elle est partie ...
«1234...10»