1. En forêt


    datte: 17/06/2017, Catégories: Entre-nous, Les hommes, Auteur: Asmian, Source: Hds

    Mon ami - Antoine - et moi sommes en couple depuis 10 ans et de fait, au niveau sexuel, une routine s’est peu à peu installée au fil des ans. Aussi nous avons décidés de pimenter nos ébats en cherchant d’autres partenaires. Nous habitons dans une région très touristique sur la côte atlantique et nous avons la chance d’être à quelques pas de différents lieux de drague fréquentés en toute saison. Nous ne sommes pas des habitués mais nous ne rechignons pas à les fréquenter à l’occasion. Un de ces lieux de drague est situé en forêt à proximité d’une nationale et le rythme des allers et venues est souvent soutenu. Personnellement je préfère y être à l’heure du déjeuner ou vers 17-19 heures. En effet, à ces horaires, les mecs sont plus directs. Ce jour-là, nous étions arrivés vers midi et l’aire était vide. Nous sommes restés dans la voiture en écoutant la radio. Après quelques minutes d’attente un fourgon professionnel se gare avec deux personnes à son bord. L’inscription indiquait « Électricité générale, climatisation, pompe à chaleur ». Le conducteur descendit. Il était d’un physique athlétique, 1m75 environ, les cheveux et sa barbe de trois jours poivre et sel, visiblement poilu il s’en dégageait beaucoup de virilité. Il devait avoir une cinquantaine d’années. Il portait un pantalon professionnel avec renfort sur les genoux, un tee-shirt à manche longues boutonné sur le col et une veste sans manche munie de nombreuses poches. Le passager le suivit. Lui était plus grand, ... élancé, roux et devait avoir aux alentours de 35 ans. Je lui accordais d’avoir un physique avenant. Il était vêtu d’un jean et d’un pull camionneur. Une fois descendus du véhicule, ils sont entrés directement dans le bois. Nous les avons suivis sans hésiter un seul moment. Malheureusement, nous nous sommes aperçus que les deux gars n’empruntaient pas les mêmes sentiers. Mon ami suivit le plus âgé et moi le rouquin. Ce dernier semblait hésiter - je ne devais pas être à son goût- il revint sur les pas de son collègue, je le filais ce qui me permit d’apprécier le manège qui se tramait entre Antoine et l’objet de sa convoitise. L’électricien se caressait le sexe à travers le pantalon pour attiser les sens de mon compagnon qui s’approcha donc pour mettre sa main sur la braguette. Il fut rejoint par le rouquin. Je décidais de rester en retrait mais à proximité directe, sans me cacher, pour profiter du spectacle à venir. Maintenant, Antoine s’occupait de déboutonner le jean du rouquin. Il en sortit un sexe déjà long, plutôt fin et garni d’un prépuce très développé. L’électricien descendit son pantalon sur ses chevilles dévoilant ainsi un sexe épais au milieu d’une toison fournie. Ses jambes aussi étaient poilues. Il commença à se masturber en regardant Antoine s’agenouiller pour prendre la verge de son collègue en bouche. Je voyais sa langue s’insinuer entre le gland et le prépuce puis effectuer un mouvement de rotation. Rompant le rythme, il avala dans sa totalité le sexe maintenant bien ...
«123»