1. La fille qui voulait voir la mer - 2


    datte: 18/06/2017, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: Mia-michael, Source: Hds

    Mona, Madame. — Alors, je vais vous donner une leçon de savoir vivre, Mona. D'abord vous deviez attendre qu'on ait finit de parler avant de nous adresser la parole. Lorsqu'un de nous vous regarde, vous devez faire une révérence et dire "Bonjour Monsieur, bonjour Madame, je suis Mona, la nouvelle bonne à votre service." — Oui, Madame. — Eh, bien allez-y ma fille, faites le! Je fais une révérence et répète ce qu'elle a dit. — Retenez la leçon. — Oui, Madame. Mais si on m'a dit d'aller vite chercher quelque chose, je ne peux pas rester à attendre que vous me regardiez et... Elle me coupe (c'est pas poli) : — Dans ce cas, vous faites une révérence et vous continuez votre chemin sans nous parler. Mais, ce que vous venez de faire c'est "répondre" et c'est une chose que les domestiques ne doivent faire en aucuns cas. C'est compris ? — Oui, Madame. — C'est bien, ma fille, vous pouvez disposer. MERDE ! Tombe à la mer, saloperie ! J'ai les joues brûlantes de honte et les larmes aux yeux. C'est de la folie ! Que suis-je venue faire dans cette gelère ? Et, galère est le mot qui convient ! Bon... je respire calmement. Je cherche un peu et puis je trouve la cuisine. Assises autour d'une table, il y a une femme d'une trentaine d'années, assez jolie et bien en chair, elle lit un magazine. En face d'elle, il y a une jolie métisse qui épluche des légumes. Elle a un uniforme semblable au mien. Quand je dis jolie, je suis loin en dessous de la vérité : elle est ravissante. Elle a des grands ... yeux, un petit nez, une bouche trop belle... Je fais une révérence et je dis : — Bonjour Madame, bonjour Mademoiselle, je suis Mona la nouvelle bonne, à votre service. La métisse éclate de rire, tandis que la femme brune me dit. — Enfin une bonne stylée, c'est pas comme toi, Lucia. La métisse répond, — Mais, je vous fais aussi des révérences, Madame. — Pas aussi bien qu'elle. La métisse se lève et vient m'embrasser. Ouf ! Pour elle, j'existe en tant que personne.. Je lui explique : — Je n'ai pas l'habitude... et des gens dans la salle à manger m'ont engueulée... Elle voit que j'ai les larmes aux yeux et dit : — Tu es tombée sur Madame Gomez, c'est une emmerdeuse. .. Ça ne plait pas à Madame Simone, qui lui dit : — Ce n'est pas tes affaires Lucia. Tu as envie de nettoyer les ponts à la place des matelots ? — Pardon, Madame, mais... — Mais, rien. Tais-toi... Oh, que j'en ai marre d'être ici. Elle se tourne vers moi. Elle me dit : — Je suis Madame Simone, la cuisinière et cette petite malpolie (elle me désigne la métisse), c'est l'autre bonne. — Oui Madame, c'est la première fois que je suis en service... — On te dira ce que tu dois faire. C'est Mademoiselle Carole, la fille de Madame qui s'occupe des domestiques. Tu vas aller servir l'apéritif avec Lucia. Madame voudra te présenter aux autres. Lucia se lève et lui dit : — On y va, Madame Simone ? — C'est ce que je viens de dire, non ? — Oui, Madame Simone. Elle vient près de moi, me pousse du coude. On fait une révérence et on ...