1. Installation


    datte: 18/06/2017, Catégories: h, jeunes, dispute, revede, Auteur: Cidoup, Source: Revebebe

    plus complète. Elle éludera toutes les tentatives de « renouer » le contact. Jean s’est consolé ailleurs, mais l’image de la courbe du sein de Laure émergeant du corsage reste gravée dans son esprit et constitue encore un des meilleurs accompagnements à ses caresses solitaires oooOOOooo — Donc voilà comment madame Berger m’a obtenu cet appartement. Jean émerge brusquement de sa rêverie. Que dit sa mère ? Il n’ose pas lui faire répéter et ignorera quelles ruses elle et Laure ont du déployer. — Tu as signé un bail ?— Oui, cet après-midi.— Tu aurais pu m’en parler.— Mais tu n’as rien écouté ! ( T’as raison maman j’ai rien écouté, je rêvais !) Je t’ai dit que c’était une occasion à saisir !— J’aurais aimé visiter avant que tu prennes une décision.— Tu verras, il est très bien et il te plaira Il lui plut tout de suite. Il aurait été difficile dans le cas contraire ! Une cuisine équipée donnant sur la rue, assez grande pour y prendre les repas à deux. Une salle de bain spacieuse, oui spacieuse, avec baignoire et une cabine de douche fermée par une porte transparente. Sur le coup cela le surprend. Pourquoi pas du verre translucide ? C’est gênant. Gênant ? Pour qui ? Après réflexion, il convient qu’on se déshabille dans une salle de bain et personne n’est là pour vous contempler sous la douche ! L’appartement est loué meublé. La salle de séjour comporte un canapé et un fauteuil complété par une table et des chaises dans le coin repas. Du mobilier simple et robuste, parfait pour un ... jeune homme. Il regrette le sofa profond de son imagination mais admet que celui-là conviendra. La chambre est équipée d’un lit, d’une penderie et d’une petite table. Les fenêtres de ces deux pièces donnent sur un parc. Au fond du parc, un bel édifice. — Comme je te l’ai dit (Excuse-moi maman, j’avais la tête ailleurs quand tu me l’as expliqué) nous sommes dans une dépendance de cette belle maison. Les propriétaires actuels n’en ont pas l’usage et la louent. Tu comprends pourquoi c’est une affaire ! ( Non, maman, je ne comprends pas, mais je te fais confiance, d’autant que c’est toi qui règle le loyer). Au premier étage, en face, des rideaux bougent. Une silhouette féminine regarde dans leur direction puis s’efface. — Dessous, c’est un garage. Cet appartement était celui du chauffeur. Quand il est parti à la retraite, madame Clément a fait construire un box plus près de l’habitation.— Qui est madame Clément ?— On dirait que tu n’écoutes pas quand je te parle ! C’est la propriétaire ! Celle qui consent à te louer ce splendide appartement pour un prix modique, l’amie de madame Berger.— Ah ! C’est une amie de Laure ?— Laure ? Je t’en prie ne soit pas grossier !— Je ne suis pas grossier, c’est bien Laure son prénom, n’est-ce pas ?— Oui, mais sois poli, appelle-la Madame Berger.— Elle n’est pas là pour nous entendre, qu’est-ce ça fait ?— Cela fait que cela me déplaît.— Ne te fâche pas, il ne me viendrait pas à l’esprit d’être inconvenant envers Madame Laure Berger. Il s’approche de ...
«1234...»