1. Élisabeth suite


    datte: 19/06/2017, Catégories: Mature, Partouze, Tabou, Auteur: G12, Source: xHamster

    le ventre? Tu dois voir son mandrin qui coulisse bien dans mon con? - Oui je vois tout ça, et vous êtes de beaux salauds tous les deux. Ca me plaît! ... Mais continue à me sucer le clito, et tiens-toi prête à boire mon foutre car je sens que je vais jouir. Oui, vas-y, ouiiiii, aaah! C'est bon, j'ai le feu à la chatte. Je vois bien la bite de Vincent qui te baise. Qu'est-ce qu'il te met le petit salaud ! Vas-y Vincent, c'est une salope ta mère, bourre-la bien, elle aime ça... Aaaah! Ça y est, je jouis... je jouiiiiiiis... Ah! Les salauds, me donner un tel spectacle, c'est cochon... Je jute, je jouis... Je n'en peux plus ! En effet Denise, vaincue par les coups de langue de son amie et la vue du baisage intense juste au-dessus d'elle, venait de rendre les armes. De sa chatte une abondante liqueur vaginale s'écoulait qu'Elizabeth recueillait précieusement avec la langue pour s'en délecter. Denise comme à son habitude mouillait abondamment et sa jouissance dura longtemps. Elle commençait à s'estomper lorsqu'Elizabeth, dont le vagin recevait toujours les coups de bite de son fils, sentit venir l'orgasme. Il fut brutal et violent, le foutre coula, abondant épais et chaud. Il gicla hors de la cavité vaginale sous les coups de piston du gamin, arrosa ses couilles, coula sur la bourse bien gonflée, puis quelques gouttes commencèrent à tomber sur le visage de Denise. Presque immédiatement Vincent, dont la verge était stimulée par les mouvements de contraction du vagin en pleine ... éjaculation, sentit venir la décharge. Brutalement sa verge se mit à tressauter, la petite bouche du gland s'ouvrit pour cracher la première giclée de jute, frappant la matrice avec f***e. Vincent presque tétanisé par la jouissance, continua néanmoins à limer le vagin brûlant, augmentant le plaisir de sa mère, et faisant gicler plus fort les gouttes des jutes mêlées qui tombaient presque goutte à goutte maintenant sur le visage et dans la bouche de Denise. Elizabeth au comble du bonheur, criait des mots les plus crus pour s'exciter d'avantage: - Je jouiiis! ...je jouiiis! ...Aaaah! Mon con jute sans arrêt... Le salaud, il me pistonne... Tiens, tiens ma chatte te branle la queue... Je sens la jute qui gicle, j'en ai plein les fesses... Aaaah! Cette bite qui gicle aussi... Aaah! La bonne giclée, c'est boooon! Je dois en avoir partout... Bien graissée... Tu la graisses bien ta mère petit cochon! ... Denise ma salope, tu jouis? Denise en effet, stimulée par les mots obscènes de son amie, par les grognements rauques de Vincent et par les sécrétions qui lui barbouillaient le visage, s'était masturbée rapidement pour compenser l'inaction d'Elizabeth trop occupée à profiter de sa jouissance et de l'éjaculation de son fils. En quelques coups de poignet elle eut un nouvel orgasme qui la fit se tendre comme un arc et qui, épuisant ses dernières f***es, la laissa sans réaction. D'ailleurs ses compagnons étaient aussi à bout de résistance et le trio s'affala sur le lit, encore emmêlé. Ils ...