1. Année de terminale (32)


    datte: 19/06/2017, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: cocolst, Source: Xstory

    Il y allait de plus en plus fortement au fur et à mesure que sa jouissance arrivait. J'avais envie qu'il arrête, ça remuait trop, mais j'avais peur de gerber si j'ouvrais la bouche. Il se retira enfin de moi, j'ai attrapé la bassine pour vomir, sentant en même temps son sperme recouvrir mes fesses. Inquiet, il me fit "Pauline, ça va ?". Et en même temps, la porte de la chambre s'est ouverte et la mère de Paul a fait irruption en criant "Mais qu'est-ce que tu fous ?". Je l'ai entendu donner une claque à son fils. Et elle commence à l'engueuler • Tu vois bien qu'elle est malade et toi tu ne penses qu'à la... • Mais c'est elle qui voulait ? • Et alors ? Tu ne peux pas dire non ? T'es pas un animal tout de même ! Et si t'es cloué au lit parce que tu as attrapé la grippe, ne compte pas sur moi pour m'occuper de toi ! • C'est sûr. T'es bien contente qu'elle soit là. Enfin, t'as la fille que tu as toujours voulue. Parce que ton fils, t'en as rien à foutre. • Ne dis pas n'importe quoi ! • Tu fais chier ! Et il part en claquant la porte, nu, prenant ses affaires avec lui. Elle reste, je me sens stupide dans cette position, la tête dans la bassine et le cul en l'air avec le sperme qui me coule sur les jambes. D'une voix plus calme et plus douce, elle me demande "C'est vraie ? C'est toi qui lui a demandé ?". Je fais un oui avec la tête avant de vomir à nouveau. Elle reprend alors "S'il est malade, c'est toi qui t'occupera de lui". J'arrive péniblement à lui dire • Vous êtes sérieuse ? ... • Ho que oui. Il a raison sur un point, c'est vrai que je suis contente de ne plus être la seule femme de la maison. Je t’aime bien Pauline, mais il y a des côtés de ta personnalité qui me déplaisent vraiment. • Lorsque je suis en manque, je n'arrive pas à me contrôler. • Si Paul est malade, je ne pense qu'il pourra faire quoi que se soit. Pour nous, nous sommes des adultes responsables. Nous saurons te gérer. Mon père était venu le soir. Il me trouvait en bien meilleure forme, il discuta avec les parents de Paul, et nous sommes restés pour manger tous ensemble. Je faisais attention à chaque bouchée que je mettais dans ma bouche, alors même que j’aurai tout engloutit tellement j’avais faim. Mais Paul ne mangeait pas. J’avalais petit à petit, tout me semblait tellement délicieux. Mais Paul est parti en courant, nous l’avons entendu vomir aux toilettes. Sa mère m’a regardée, je me suis sentie mal. Allait-elle appliquer sa punition ? Elle ne se gèna pas pour expliquer la situation à mon père, entrant dans les détails. J’étais sur le cul. Il me regarda et sourit avant de me dire • Je crois que tu as ton week-end occupé. • Quoi ? Non, tu ne vas pas me laisser là ? J’ai regardé le père de Paul, peut-être allait-il avoir pitié de moi. Mais non, il m’annonça « Je dois partir bientôt de toute façon, j’ai une soirée billard avec les collègues de boulot ». Mon père joua le jeu et me dit qu’il va aller me chercher du rechange pour le week-end. La mère de Paul ajouta alors, s’adressant à ...
«1234»