1. Jouissance par la Souffrance 2


    datte: 14/07/2017, Catégories: BDSM / Fétichisme, BDSM / Fétichisme, Gay, Auteur: faucon, Source: xHamster

    quelques pas. Je vois qu'un autre homme, de race noire, se trouve dans la pièce. Il se dirige vers nous. Il a le crâne rasé. Lui aussi a le torse nu et est vêtu d'un pantalon, de bas et de souliers noirs Il a un anneau de métal passé à travers chacun de ses mamelons. Je remarque qu'il tient dans ses mains une paire de menottes ainsi qu'une petite chaine au bout de laquelle est accroché une longue et fine pince alligator. Il tend les menottes à son acolyte: ce dernier les prends. « Place tes mains derrière ton dos. » J'obéis sans offrir la moindre résistance. L'homme fixe les menottes à mes poignets. L'homme de race noire s'agenouille devant moi. « Tu ne m'as pas menti: cet homme est circoncis et il a le gland du pénis comme je les aime. » De deux doigts d'une main, il baisse le devant de mon caleçon de sorte que ce dernier se retrouve derrière mon scrotum. Il soupèse mes testicules « Ils sont d'une bonne grosseur et son membre est dur et bien veiné. » « Je te l'avais dit que je te fournirais un produit de qualité. » Avec le pouce et l'index de sa main gauche, l'homme noir serre légèrement le bout de mon gland: les lèvres du méat s'écartent. L'homme noir approche sa tête de mon pénis et il passe le bout de sa langue entre les lèvres écartées du méat. Je prend une profonde respiration: « C'est bonnnnn! » « Maintenant, ça va faire mal! » Je devine que c'est l'urètre et le gland de mon pénis qui vont en être la cible: je ne peux m'empêcher de réprimer un frisson Tout en tenant ...
    ouvertes les lèvres du méat, il prend la pince alligator: il en ouvre les longues mâchoires effilées et dentelées. Il glisse l'une des mâchoires le plus profondément possible dans l'ouverture du méat et il laisse les deux mâchoires de la pince se refermer. Les dents acerbes des mâchoires pénètrent dans les chairs internes de méat ainsi que dans la peau tendre de mon gland qui est gorgé de sang. Je ne peux m'empêcher de laisser échapper: « Aaaaaaaaaa! » La douleur est si vive et si soudaine que mes jambes flageolent: ils ont peine à me soutenir. L'homme blanc qui se trouve derrière moi, passe ses bras entre les miens: il me prend par la taille et il joint ses mains sur mon ventre. Il appuie la braguette de son pantalon contre mes mains me faisant ainsi toucher à son pénis qui est en pleine érection. Au bout d'un moment, la douleur s'estompe légèrement. L'homme blanc qui me soutient s'assure que mes jambes puissent me soutenir: « Est-ce que la douleur est trop vive pour que tu puisses te tenir debout sans aide? » « Non, ça va aller! » L'homme blanc plaque fermement son bassin contre mes mains. Je touche toujours à son pénis par dessus la braguette de son pantalon: je le serre du mieux que je peux. L'homme semble apprécié mon geste: il se recule très légèrement. Je tiens toujours fermement son pénis: il se plaque une seconde fois contre moi et il s'y maintient pensant quelques secondes. Il me souffle à l'oreille: « Tu es réellement vicieux! » « Ce n'est pas ce type d'homme vicieux ...