1. Valérie : l'insoupçonnée (2)


    datte: 03/08/2017, Catégories: Hétéro, Auteur: fantaflo, Source: Xstory

    Comme lors de notre premier rendez-vous, Valérie et moi prenons des denrées au supermarché pour aller manger à la campagne. J'ai pris soin de repérer quelques bancs non loin de son lieu de travail. Et j'ai décidé d'être un peu plus direct. Valérie est aussi jolie que d'habitude : chemisier blanc, jupe plissée noire, bottes et manteau marron. Le banc où nous nous rendons est situé au sommet d'un coteau habillé de champs de vignes à perte de vue. Là, nous nous garons et montons sur un petit monticule de terre au milieu d'un groupe d'arbres qui dissimule le banc de la route. Je n'oublie pas cette fois de lui dire à quelle point elle est ravissante, ce qui la fait rougir. Nous mangeons en discutant puis nous profitons du soleil. Ce sont les premiers rayons un peu chauds de la saison. Tournée vers l'astre brûlant, Valérie a fermé les yeux et je lui propose de s'allonger, si elle le souhaite. Elle sourit et rouvre les yeux dans ma direction. Sans me répondre, elle se couche sur le banc et pose sa tête sur ma cuisse. Nous ne disons rien, il n'y a pas de bruit, c'est infiniment agréable. Je passe une main dans ses cheveux. Elle sourit. Enhardi, je caresse ensuite tendrement son visage. Je m'attends à ce qu'elle mette alors une limite. Mais alors que je fais glisser mes doigts autour de son menton, Valérie embrasse rapidement ma main et rit. De son visage, ma main caresse son oreille, son cou pour ensuite descendre sous sa gorge, à l'intersection des deux clavicules. Je passe mes ... doigts derrière son cou, masse sa nuque et elle émet un petit gémissement de plaisir. Je commence à avoir très chaud. Je franchis ensuite une étape supplémentaire et glissant ma main quelques centimètres sous son chemisier sur l'arête de l'épaule. Suffisamment loin pour que mes doigts fassent la rencontre de la bretelle de son soutien-gorge. De là, je reviens sur son torse et, tentant un peu le tout pour le tout, je déboutonne son chemisier. Je l'observe. Elle sourit mais ses yeux sont fermés. Je ne sais pas ce qu'elle attend de moi. Dois-je continuer jusqu'à ce qu'elle dise "Stop" ? En rester là ? Je dois faire un choix et vite. Je choisis d'oublier ses seins même si je meure d'envie de les caresser et j'ouvre un second bouton. Je n'irai pas au delà. Un éclat mauve apparait entre les pans blancs du chemisier : son soutien-gorge. Ma main remonte définitivement à son visage que je caresse avec tendresse. - Tu es un homme troublant. Valérie s'était lentement redressée et s'était assise à l'envers sur le banc, tandis que je fais désormais de mon mieux pour ne pas regarder dans son décolleté qui baille et offre une vue imprenable sur son sein droit. J'ai tout de même pu remarquer qu'elle portait cette fois-ci des collants. - Tu es un homme troublant, respectueux et adorable. Elle sourit. - Je voulais voir jusqu'à où tu irais, ce que tu oserais. Tu m'as surprise en bien et tu m'as fait passer un moment délicieux. Je souris et plaisante : - Bon, si j'avais été plus souple du dos, ...
«12»