1. une salope de tous les jours


    datte: 07/08/2017, Catégories: BDSM / Fétichisme, Masturbation, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: andred_j, Source: xHamster

    Salope de tous les jours Vous le savez, je suis une belle coquine, une belle salope même ! je porte des bas dim-up tous les jours la semaine pour aller travailler et le week-end pour mes sorties et soirées dansantes ou de baise. Comme en plus je mets souvent des petites jupes noires très ajustées qui moulent bien mes fesses ou aussi fendues sur le côté ou derrière, le liseré élastique de mes bas apparaît souvent au regard acéré des mâles en rut qui me reluquent ostensiblement ou même parfois viennent se frotter à moi dans le métro. J’aime bien sentir la présence de mecs contre moi et je ne me dérobe pas, du moment que l’on me respecte et que les gars restent corrects. Alors, souvent il m’arrive de belles aventures, que je raconte le soir en rentrant à mon mari… ça l’excite et il se branle en m’écoutant. La semaine dernière, la belle saison arrivant, je m’étais habillée « petite salope en chasse » : des superbes bas dim-up beiges irisés qui brillaient sous les rayons du soleil, une jupe courte noire ajustée sur mes fesses rebondies, avec une petite fente derrière qui permettait aux mecs qui me suivaient de voir que je portais des bas, des petits escarpins noirs sexy à talons et un chemisier blanc bien transparent qui laissait plus que deviner la forme et la dentelle de mon soutif balconnet ajusté au point que mes tétons affleuraient au ras de la corbeille et le dessus de mes globes étaient visibles de tous. Alors, quand j’arrivais à la station de métro, je m’aperçus que ... plusieurs types qui m’avaient suivie dans la rue trépignaient sur le quai dans mon dos en zyeutant comme des malades mes jambes et la fente de ma jupe, mes fesses moulées. Je les observais du coin de l’œil, un peu gourmande et fébrile, je souris même légèrement à deux d’entre eux… qui aussitôt s’approchèrent pour mieux lorgner mes seins en me souriant en retour. Quand le métro arriva, déjà bien bondé, je fus littéralement propulsée à l’intérieur sur la plateforme, tant par des pognes inconnues qui en profitèrent pour bien peloter mes fesses, que par des corps entiers de mâles surchauffés. Rapidement je sentis une bosse bien dure s’appuyer contre mes fesses, puis une deuxième sur ma hanche gauche, alors que sur ma droite deux gars se bousculaient, l’un cherchant aussi à venir plaquer son pantalon contre ma jupe, alors que l’autre tentait d’immiscer sa main sous ma poitrine. Cette montée digne d’une mêlée de rugby me projeta et me plaqua contre un fonctionnaire binoclard qui n’en demandait pas tant, accroché au poteau central. Les premières trépidations du métro aidant, toutes les queues autour de moi se mirent en action. Dans mon cul, la bite du mec, probablement bien guidée par sa main, vint se placer verticalement entre mes deux fesses… et je sentis une belle et longue colonne s’agiter de plus en plus fermement contre ma jupe, accompagnée de mouvements du bas-ventre de son propriétaire… ce qui commença à me faire mouiller. Sur ma gauche, la queue commençait à s’astiquer contre le ...
«1234»