1. MARIEE MALGRE MOI (2)


    datte: 07/08/2017, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: CHRIS71, Source: Hds

    Je m’appelle Émilie et une étrange aventure m’est arrivée. Alors que je venais d’avoir dix-huit ans mon père pour sauver notre domaine, ma carrément vendu à un homme de 65 ans que je n’avais jamais vu jusqu’au jour de nos noces. Nous habitons à Neuilly dans une propriété avec dépendance pour les employés. Mon mari s’est avéré être un homme énorme, voire difforme qui passe sa vie entre son lit et son fauteuil roulant aidé par un majordome. Il a voulu avoir un certificat de virginité que je lui ai produit mais je viens de me faire déflorer par mon chauffeur avant d’aller passer ma nuit de noce. J’enfile ma robe et je passe dans la chambre voisine où monsieur mon mari m’attend nu le dos calé par un oreiller. Sans un mot, je le masturbe en ayant du mal à saisir ses deux centimètres de bitte qui dépasse de ses bourrelets. Il finit par bander et j’ai quatre centimètres à ma disposition. Je me relève et en soulevant ma robe de mariée, je le chevauche. Il souhaite me voir nue, mais non pas possible ce n’est pas dans le contrat. J’ai eu du mal à le faire entrer car il ne me pénètre pas assez. Quand il réussit du moins, c’est ce que je lui laisse croire, je pousse un grand cri lorsqu’il croit avoir déchiré mon hymen. Deux trois montés et descente et il éjacule, son sperme rejoignant le sperme que mon chauffeur vient de m’injecter en me déflorant lui vraiment. Je me relève et je lui fais constater le sang qui se trouve sur son petit bout de chaire. Heureusement, le sperme et le sang ... mélangé ont laissé sur son bas-ventre assez de trace pour qu’il ne puisse pas douter qu’il ait été le premier. Il veut que je le suce pour recommencer une deuxième fois. Et non « pépère » pas dans le contrat. Il est bien écrit deux ou trois fois par mois. j’accepte le devoir conjugal que je viens de faire mais il faut savoir en garder pour les jours prochains. Pour l’amadouer, je lui promets de le sucer la prochaine fois. Vu le morceau je suis sûr de ne pas m’étouffer. De retour dans ma chambre, je passe une heure dans ma baignoire à me caresser le corps pour me décontracter et contrairement à l’institut, je me fais jouir avec les jets d’eau de la douche. Dans la matinée j’entends du bruit. Je me lève. J’enfile le peignoir en soie mis à ma disposition et je sors de ma chambre. Je vois l’avocat entré dans la celle de mon mari. Lorsqu’il ressort une demi-heure après, je lui demande de venir me voir. Je lui demande quand il me donnera la carte bancaire et le carnet de chèques prévu dans le contrat. Il a tout à son étude et je n’ai qu’à envoyer mon chauffeur pour tout récupérer. Je profite de sa présence pour lui demander s’il accepte de travailler pour moi moyennant une bonne rémunération. Après son accort et l’établissement de la somme pour remplir sa mission, je lui donne les renseignements qui vont lui être utiles et il part. Dans la matinée, j’appelle Christophe mon chauffeur pour qu’il me conduise à Paris. Préalablement nous passons, avec la Mercedès, chercher mes cartes et ...
«1234...»