1. Balade en ville (suite)


    datte: 08/08/2017, Catégories: fh, sexshop, cinéma, trans, fmast, intermast, Oral, humour, sf, humour, sf, Auteur: Gufti Shank, Source: Revebebe

    Résumé de l’épisode 1 : J’ai rencontré deux extra-terrestres surprenants ! Ils sont composés de myriades de grains de lumière tourbillonnants et peuvent prendre n’importe quelle forme, humaine ou non. Ils sont venus sur Terre pour rencontrer un certain docteur Robert Shank. Mais voulant faire un peu mieux leur connaissance avant de les accompagner pour le retrouver, j’ai réussi à les convaincre de choisir chacun l’apparence d’une sublime bombe sexuelle et je leur ai fait découvrir les plaisirs de l’amour physique. Résumé de l’épisode 2 : Après avoir baptisé Juliette et Éloïse mes deux nouvelles amies, je les ai conduites au cabinet du psychiatre Robert Shank. Mais celui-ci est devenu fou en apprenant que je leur avais enseigné les joies du sexe ; il m’a expliqué que ces êtres jouaient un rôle fondamental dans l’équilibre de l’univers et que ma conduite aurait des conséquences catastrophiques ; et pour finir, il s’est mis en tête de me supprimer. Mais il a été lui-même éliminé par les deux extra-terrestres. Résumé de l’épisode 3 : Juliette et Éloïse, mes deux sublimes extra-terrestres, ne peuvent désormais plus se passer de sexe. Elles ont passé la nuit à explorer les ressources et les possibilités de leurs enveloppes humaines. Moi, je n’ai pas réussi à dormir, tracassé par les paroles puis le meurtre du toubib. Mais au matin, elles m’ont rassuré : je ne dois pas m’inquiéter quant au sort de l’univers. Résumé de l’épisode 4 : Je leur ai proposé de découvrir d’autres loisirs ; ... nous sommes allés nous promener en ville, marcher dans les rues du centre, faire un peu les boutiques et déjeuner au restaurant. Mais le résultat n’est pas à la hauteur de mes attentes ; je dois me faire une raison : mes deux amies sont insortables. — Que ferons-nous le reste de la journée ? demanda Juliette. En marchant, je regardai Éloïse ; elle n’était toujours pas dans son assiette, le médaillon de lotte ne passait vraiment pas. — J’avais prévu de vous emmener au cinéma. Ça vous tente ?— Qu’est-ce que c’est ?— On est assis dans le noir et on regarde un film sur un grand écran ; ça raconte une histoire.— Oui, allons-y. Mais j’étais quand même inquiet ; je n’avais pas envie d’un nouveau scandale, pas plus que je n’avais envie qu’Éloïse me fasse une nouvelle galette sur mes genoux pendant la séance. Mais le problème se régla de lui-même : elle se mit à hoqueter bruyamment à plusieurs reprises, puis parut trembloter un peu et se désagrégea soudain, retournant instantanément à son état particulaire initial. Une vague purée blanchâtre agglutinée apparut en l’air à la hauteur de ce qui avait été son estomac et tomba par terre à la manière d’une bouse de vache. Je fus pris d’une bouffée de panique, espérant que personne dans la rue ne prête attention à nous. Mais le corps d’Éloïse se reforma aussitôt et elle fut de nouveau fraîche et pimpante, arborant un grand sourire : — Aaaaah ! Ça va mieux ! fit-elle simplement, avant d’ajouter avec un sourire qui me parut libidineux : allons ...
«1234...9»