1. Les nièces jumelles (3)


    datte: 11/08/2017, Catégories: Inceste, Auteur: Loco2016,

    personne d'autre. Cela me flatte énormément. — Tonton, arrête ! Arrête ! m'interrompt-elle subitement. Je m'inquiète : — Quoi, qu'est ce qu'il y a ? Tu n'es pas bien ? — Si, si, mais justement... Tu vas me faire jouir si tu continues comme ça. J'ai envie que tu me fasses l'amour. Je soupire, je suis rassuré que ce ne soit que ça. — Pardonne-moi, ma chérie. Tu as raison, il est temps que je te fasse l'amour. Le moment fatidique arrive. Elle s'installe confortablement dans le sofa, les cuisses écartées, le dors arqué, le bassin aux limites du siège. Elle m'offre sa chatte et m'invite à la pénétrer. Je me glisse entre ses jambes et l'admire un instant. On ne voit pas une vierge réclamer qu'on la prenne tous les jours. J'approche mon sexe dur comme du béton vers son entrée. Il n'est plus qu'à quelques centimètres d'elle. — Mon dieu, ce qu'il est gros, fait-elle. — Tu es sûre que c'est ce que tu veux, ma chérie ? fais-je. Pourquoi je pose cette question ? J'ai si peur qu'elle décide de faire marche arrière. — Oui, j'en suis sûre, vas-y, répond-t-elle pour mon plus grand soulagement. Je vais le faire, c'est incroyable, je vais prendre sa virginité. Je n'ai jamais été aussi excité. Je caresse les lèvres de son vagin avec mon gland, puis pousse lentement en avant pour l'entrer en elle. Je la sens nerveuse, elle frémit, mais je continue. J'enfonce ma tige dans son conduit bien lubrifié jusqu'à ce que je sente une résistance. J'ai atteint l'hymen. Je prends une dernière profonde ...
    respiration puis pousse encore pour le lui faire sauter. Ça y est, c'est fait. Il n'y a plus de retour en arrière possible maintenant. Je la pénètre profondément sans chercher à aller jusqu'au bout, j'y vais doucement, je ne veux pas l'effrayer. — Ça va, ma puce ? Je ne t'ai pas fais trop mal ? — Ça va dit-elle, le visage crispé. Cela n'a pas dû être très agréable pour elle mais j'imagine que cela doit être pareil pour toutes les filles la première fois. C'est la première fois que j'en dépucelle une, même quand j'étais jeune, cela ne m'était pas arrivé. Je reste fiché en elle sans bouger quelques instants. Elle est incroyablement serrée, et ce n'est pas dû qu'à ma taille. C'est incroyablement bon ; humide, chaud, et vierge. — Tu veux que je continue ? — Oui, vas-y, baise-moi maintenant. Je fais ressortir ma queue très lentement, avant de la repénétrer. Je commence par la bouger que de seulement quelques centimètres, le temps qu'elle s'habitue, puis j'accélère progressivement le rythme. Je me rends compte alors que je suis entrain de réaliser mon plus grand fantasme. Je suis en train de baiser ma nièce, j'ai mon sexe dans sa chatte, je suis le plus heureux des hommes. J'ai envie de la prendre plus fort, mais je veux avant tout lui donner du plaisir. Je reste doux et tendre. Je la sens se relaxer petit à petit. On dirait que cela commence à être bon pour elle. — Ça va, ma puce ? — Oui, ça va. Continue, tonton. — Tu n'es plus vierge maintenant. Tu es une femme. Tu es heureuse ? — Oh ...
«1...345...9»