1. La tante de mon épouse


    datte: 11/08/2017, Catégories: fh, oncletante, Oral, Oral, Oral, 69, pénétratio, fsodo, extraconj, tante, Auteur: Cokin38, Source: Revebebe

    Mon épouse et moi avons quarante-cinq ans, et mon épouse a un oncle de seulement sept ans de plus que nous. Nous l’appellerons "D" dans le récit. Il s’est marié tardivement avec une femme du même âge, que l’on nommera "G". Elle m’a toujours donné l’impression d’être assez portée sur le sexe. Il y a quelques mois "D" m’avait prêté un outillage pour des travaux et à l’occasion d’un de mes déplacements près de chez eux, je lui avais téléphoné pour prévenir que je passais lui rendre. Comme c’était le matin, je précisais que j’apporterais les croissants. Le jour-dit, après être passé à la boulangerie, je me rendis à leur propriété. C’est "G" qui m’a ouvert. J’ai tout de suite remarqué qu’elle n’était vêtue que d’une chemise de nuit courte et fine, ce qui n’était pas anormal vu la chaleur de ce jour d’été. Une fois entré, je lui demandai où était "D". Elle m’expliqua que celui-ci avait dû s’absenter de bonne heure pour toute la matinée, mais que cela ne faisait rien et qu’elle allait préparer le café. Nous nous sommes donc rendus dans la cuisine où elle a commencé à préparer la cafetière. Elle allait et venait et le soleil matinal entrant par les portes-fenêtres me permettait, grâce aux contre-jours, de me rendre compte qu’elle avait encore un corps bien conservé et surtout qu’elle était totalement nue sous son vêtement. Cette vue commença à m’échauffer les sens. Au bout de quelques minutes, le café étant passé, elle s’approcha des éléments de cuisine pour prendre les tasses à ... café sur l’étagère du haut. Elle se dressa sur la pointe des pieds pour attraper les tasses, en étendant son bras, ce qui fit remonter sa chemise de nuit à mi-fesses. Inutile de dire que cette vue ne fit qu’accroître mon envie naissante, et me provoqua un début d’érection. Ne parvenant pas à attraper les tasses, elle tourna la tête vers moi, et me demanda de l’aider. Je me levai et vins me placer derrière elle. Nos corps se frôlaient donc. C’est à ce moment-là que, se cambrant en arrière, elle appuya franchement ses fesses au niveau de mon bassin. Elle ne pouvait plus ignorer mon désir mais ne chercha pas à rompre le contact. Passant sa main droite entre nos deux corps et la plaquant sur mon sexe, elle commença un lent mais appuyé mouvement de masturbation à travers mon pantalon. J’ai posé mes mains sur sa poitrine et titillé à travers le tissu les pointes qui se dressaient de plus en plus longues et dures. C’est alors que, toujours le dos tourné, elle arrêta sa masturbation et s’attaqua à la ceinture de mon pantalon et à ma fermeture. L’espace dégagé, elle plongea sa main dans mon slip et s’empara de mon sexe dressé, qu’elle se mit à caresser de plus en plus vite. J’étais alors très excité et n’avais qu’une envie m’emparer et pénétrer ce corps offert. Je la retournai donc face à moi et remontant sa chemise de nuit au-dessus de sa poitrine, je lui ai tété et mordillé les seins. Sa respiration devenait de plus en plus haletante. De ma main droite, la gauche maintenant la chemise ...
«123»