1. Une nouvelle patronne


    datte: 11/08/2017, Catégories: Dans la zone rouge, Auteur: Jean-Pierre, Source: Hds

    J’ai juste 30 ans, une femme assez grande de taille, et plutôt menue. Après plusieurs déceptions, je vie seul. Jusqu’à présent, je travaillais en intérim dans différents domaines. J’ai épluché les petites annonces et j’ai trouvé celle qui peut-être devait vraiment changer ma vie. J’arrive à la porte d’un château, je sonne et attends quelques instants que l’on vienne m’ouvrir. C’est une femme qui me salue, et sachant pour quelle raison je suis ici m’entraîne vers une demeure qu’on devine appartenir à une famille riche. Je suis dans un grand salon à l’intérieur du château. J’attends depuis quelques minutes quand une femme qui parait avoir la cinquantaine entre dans la pièce, se place en face de moi, et me dit : - Bonjour, mademoiselle. Alors comme ça, vous voulez travailler dans notre demeure ? - Bonjour madame ! Oui, j’ai vu que vous cherchiez quelqu’un pour la cuisine, ainsi que pour les travaux ménagers. - J’ai lu avec attention votre lettre de motivation. Bien, c’est bien la personne que je recherche. Je peux vous prendre à l’essai dès aujourd’hui si vous voulez. - Oui ! C’est formidable ! Cela m’irait très bien, je vous remercie vraiment ! - Alors sachez qu’ici tout le monde me nomme Madame ! Je vais vous présenter aux autres personnes qui travaillent au château. La première journée passa à savoir qui fait quoi pour entrer en contact avec tous les employés du château, qui me paraissait tous très sympathiques. Au bout de trois mois, je m’étais totalement intégré à ... l’équipe. Mais quelque chose me surprenait, on m’avait précisé que l’aile droite du château m’était interdite. Seule une aide-ménagère était autorisée à s’y rendre et bénéficiait d’une chambre dans cette aile alors que nous autres étions cantonnés dans l’aile gauche. Cela me rappeler un peu l’histoire de barbe bleue. Les jours passèrent lorsque un soir, une très grosse averse de grêle endommagea la toiture sous laquelle je dormais et de ce fait, ma chambre était indisponible. Où pouvais-je dormir maintenant ? Madame m’autorisa à dormir dans la chambre de l’aide-ménagère absente pour deux semaines, chambre, qui était voisine de celle où elle même passait ses nuits. Et de plus, moi dormant ici, elle me demanda de m’occuper de l’entretien de sa chambre, ce qui me plut vraiment. J’allais pouvoir découvrir cet antre qui m’avait toujours été invisible depuis mon arrivée. Dans la chambre de l’aide-ménagère je remarque un tableau un peu de travers, maniaque, je le décroche pour le remettre droit, un papier tombe à mes pieds, et je remarque derrière le tableau un petit trou au mur donnant dans la chambre de madame. Avant de remettre le tableau en place je vois le papier à mes pieds avec écrit des lettres et des chiffres « A43B48 » Je replace vite ce papier derrière le tableau après l’avoir remis bien droit. Une chose très vite m’interpella ! A l’intérieur de la chambre de Madame, il y avait une autre porte fermée avec un digicode, dont bien sûr je n’avais pas la combinaison. Curieuse de ...
«1234...»