1. La mauvaise pente (6)


    datte: 11/08/2017, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: Docsevere, Source: Xstory

    " - J'ai remarqué que tu préférais les coups de pine dans ton cul que les coups de martinet, hein, petite catin ?! Mais voilà, tu t'es trompée sur mon sort. Et les petites péteuses de ton genre, qui ne paient pas leurs fournisseurs et laissent des ardoises partout, elles ne méritent pas de plaisir ! Voilà comment je les traite, petite pute." Je me penchai et lui enlevai les pinces à seins. Elle hurla, tant la sensation de morsure sur les mamelons délicats et à fleur de peau d'une femme enceinte était exacerbée ; le sang devait revenir au bout de ses tétons, en une brûlure pulsatile. Je l'attrapai par les cheveux, la forçant à se redresser, et je me mis à lui asséner quelques cinglées bien appliquées sur ses gros nichons. Elle beugla, demanda grâce. Je n'insistai pas. Je laissai tomber mon martinet et attrapai ces deux roploplos bien fermes, bien durs, bien globuleux et les pressai comme un dingue, les malaxai, comme si je voulais obtenir un jus de fruit pressé. Avec satisfaction, je vis quelques gouttes translucides perler du bout des pointes. Elle se mit à geindre, à haleter. Je recueillis sur mes doigts les gouttes avant qu'elles ne tombent et les suçai goulûment. Puis je lui enfonçai à nouveau ma pine toute raide dans sa petite gueule de catin mariée : " - Allez, suce-moi, salope !" Et tandis qu'elle me prenait en bouche et aspirait ma queue, je me remis à lui délivrer lentement et avec application, d'une force modérée, des coups de martinet sur les fesses. Elle poussait ... un gémissement après chaque claquement sec de la lanière qui mordait la chair de l'une de ses demi-lunes, mais n'ouvrait pas la bouche, et en bonne suceuse docile, continuait sa besogne. Elle espérait sans doute me faire partir et mettre ainsi fin à sa séance, mais celle-ci n'était pas encore terminée. Je l'attrapai par la laisse : " – Allez, avance, petite pute, tu vas apprendre à te déplacer sur les genoux, comme une bonne petite salope, une petite pute domestique, une esclave sexuelle qui a bien compris quelle est sa place !" Je lui fis faire quelques pas, elle se déplaçait avec peine, d'abord parce qu'elle était toujours aveuglée par le bandeau qui ceignait ses yeux, mais aussi parce qu'elle était engoncée dans sa robe de mariée, bouchonnée et roulée au-dessus de son gros ventre, et celui-ci prenait de la place et la déséquilibrait ; et puis, je ne suis pas sûr qu'elle savait marcher à genoux Elle buta contre quelque chose, et ne dut pas comprendre. Mais ma belle-sœur Isabelle qui se tenait là, la jupe retroussée sur les reins et sans culotte, attira sa tête contre sa chatte et lui ordonna : " - Allez, bouffe-moi la chatte, salope ! Montre ce que tu sais faire !" Stéphanie surprise tant pas le contact des cuisses nues et un peu plantureuses d'Isabelle que par la voix féminine qui lui faisait soudain prendre conscience qu'il y avait une troisième personne dans la chambre (sans savoir depuis combien de temps), eut une réaction un peu paniquée, et elle tenta de se débattre. ...
«1234...7»