1. Henri, cours de peinture un peu spécial, Henriette


    datte: 12/08/2017, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Mlkjhg39, Source: Hds

    HENRI Le modèle préféré du cours de peinture, surtout des demoiselles. HENRIETTE Je suis étudiante en art et je viens régulièrement suivre les cours ne notre professeur, un peintre célèbre, ce trimestre est plus particulièrement axé sur le corps humain. Des modèles posent nu, aussi bien masculins que féminins. Ce soir notre maitre nous fait un cours "spécial", on attend de voir ce qui nous attend. Nous sommes huit à suivre ce cours, six femmes et deux hommes. C'est vrai que la majorité d'entre nous sont des filles et que 2 ou 3 d'entre elles par moment s'amusent volontairement à exciter le modèle. Mais il est rare qu'elles arrivent à le faire bander en public. Notre professeur entre et nous renseigne sur le contenu du cours. - Vous aller voir un nouveau modèle mais contrairement à l'habitude le cours portera essentiellement sur les proportions de l'appareil génital. - Pour cela, j'ai fais épiler le modèle pour mieux faire ressortir les détails et les proportions. Mesdames et messieurs, à vos fusains! Il tire le rideau qui cache l'estrade et nous voyons notre modèle de dos, une belle paire de fesses bien fermes, la jambe droite posée sur une chaise. Le peintre fait pivoter l'estrade et nous restons tous sans voix. L'homme est drôlement bien foutu mais ce qui attire tous les regards, c'est la verge démesurée qui repose sur des testicules de même proportion et pend entre ses cuisses. Une queue d'étalon. Et moi je rougis toujours un peu mais je suis de plus en plus à l'aise de ... jours en jours et je dois avouer que c'est aussi un peu excitant surtout avec un tel exemplaire du genre masculin. Le sujet principal de nos discutions après chaque cours portant souvent sur les attributs du modèle. Notre mentor nous dit que l'on peut s'approcher et même toucher le modèle pour avoir les bonnes proportions. Ce n'est pas si facile à dessiner que l'on croit, les bourses et la cambrure de la verge ne sont pas si faciles que ça à reproduire dans les bonnes proportions et deux filles téméraires s'approchent du modèle levant un crayon pour en estimer la longueur. L'une d'elle s'enhardie même à passer la main le long de la hampe pour en estimer la largeur sa main s’attardant plus que de raison. Il me semble que mes proportions sont fausses car la verge descend bien plus bas sur le modèle et semble plus grosse. J'arrache la feuille et recommence quand soudain je réalise mon erreur, sous les attouchements des filles, notre modèle est en train de bander. Lentement nous assistons à la métamorphose de ce tuyau flasque qui se gonfle et s'allonge vers le bas pendant encore jusqu'au milieu de la cuisse. La bite commence à prendre une certaine rigidité et se redresse de plus en plus, elle est maintenant à l'horizontale. Quand à la grosseur, elle me semble énorme, mais contrairement à ce que je croyais, il n'est toujours pas en totale érection. Une paire de bourses assez conséquentes ressemblant à deux petites outres pendent entre ses cuisses et apparaissent maintenant à notre ...
«12»