1. Elodie, piégée. (6)


    datte: 12/08/2017, Catégories: Trash, Auteur: PointF, Source: Xstory

    La sonnerie stridente du réveil la tira d'un sommeil agité. Elle avait mal au crâne et il était bien difficile pour elle d'émerger. La journée d'hier l'avait exténuée. Elle n'arrivait pas d'ailleurs à savoir si le cauchemar qu'elle avait vécu la veille était éveillé ou non. Elle se leva pour prendre la direction de la douche. Elle tira le rideau de douche et s'empara du pommeau. L'eau chaude lui permit peu à peu de retrouver le sens des réalités. Non, tout ce qu'elle avait vécu n'était pas un rêve. La rencontre avec Dominique et Joris, l'injection de ce produit qui la rendait esclave de ces hommes, le reportage avorté... Elle avait été contrainte de sucer ce savant fou et de lécher son sperme à même le sol... Sans compter qu'elle devra leur rendre visite tous les deux jours. Elle entendit, à travers le rideau, Guillaume pénétrer dans la salle de bain et faire couler l'eau du robinet. Sans doute allait-il se raser. "- Tu as bien dormi, mon ange ? Lui dit-il. - Oui, mon amour, je me suis bien reposée, ça va beaucoup mieux ! Et toi ?" Elle avait pris une voix claire, presque chantante, pour le rassurer. A son grand dam, elle se savait pas trop si elle faisait ça par amour, ou pour éviter les soupçons de son mari conformément aux ordres de Joris. "- J'ai bien dormi aussi, merci. Bon, il faut que je file, je suis déjà à la bourre !" Il tira légèrement le rideau pour trouver les lèvres de sa femme et l'embrassa passionnément en caressant ses seins savonneux. Malgré la ... situation, Elodie appréciait énormément la douceur et la sensualité de ce geste. Elle ne voulait pas qu'il parte. "- Passe une bonne journée, coquin ! - Toi aussi, ma puce !" Après avoir pris un thé au citron à la machine à café, Elodie s'enferma dans son bureau. Elle s'appliqua à détruire toutes les pièces en rapport avec les enlèvements. Elle effaça toutes les données informatiques qu'elle avait rentrées et, la mort dans l'âme, réunit le dossier complet afin de le mettre à la broyeuse. La machine déchiquetait les photos des femmes qu'elle avait recherché aussi sûrement que sa vie était déchirée. Il ne restait plus de trace de cette affaire. Il lui restait plus qu'à convaincre son rédacteur en chef, Monsieur Dugnat, de clore définitivement le sujet. Elle se rendit devant la porte de son bureau, et frappa. "- Entrez !" Lui répondit-on. "- Madame Maerte !" S'exclama, souriant, le rédacteur en chef en la voyant pénétrer dans son bureau. "Asseyez vous. Comment se déroule votre reportage ?" "- Nous voilà déjà dans le vif du sujet." Se dit Elodie. Néanmoins, elle ne voyait pas du tout comment convaincre son supérieur d'abandonner entièrement cette affaire. Elle s'assit. "- Je viens justement vous parler de cela, M.Dugnat. Je pense qu'il n'y a rien à tirer de ce sujet. Selon moi, s'obstiner sur ce sujet serait du temps perdu." Le sourire avait disparu du visage de l'homme, laissant place à une expression incrédule soulignée par un froncement de sourcils. "- Comment êtes vous arrivée si ...
«1234...»