1. A quoi mènent les rêves !


    datte: 13/08/2017, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Misa, Source: Hds

    — Arrête de gigoter, je vais renverser mon café ! — C’est ton peignoir, il m’énerve. Pourquoi tu le gardes dans le lit ? — J’ai froid. — Pose ta tasse, je vais te réchauffer ! — Qu’est-ce que tu fous ? — Je me fais de la place soulève-toi un peu voilà ! — T’as les mains froides hey ! mon sein ! — Oh ! ça va ! arrête de râler ! faut que je m’occupe de toi, ça pique un peu, là ! — J’ai fait lundi — T’avais tout prévu, on dirait ! — Ben pas vraiment, non ! — C’est ça, oui ! Rappelle-moi ? T’avais bien ton petit string noir et le porte-jarretelle que je t’ai acheté ? et tu t’étais faite ta petite chatte toute lisse ? A part ça t’avais rien prévu ! — Hé ! Tu veux me faire mal, ou quoi ? — Tu mériterais. Je pars deux semaines en déplacement, et tu mets un mec dans ton lit ! — C’était pas dans le lit Mouille tes doigts, au moins — Pas la peine tu sens pas ? — Mmm mais fais doucement, je suis fragile. — Après ce que tu m’as dit, c’est pas un doigt qui devrait te faire peur ! — Un ? — Bon, d’accord il s’ennuyait, tout seul. — Doucement — Oui jolie toi raconte-moi tout depuis le début on a le temps. — Si tu continues, ça va être dur ! — Je bouge plus, raconte ! Lundi matin « Comme tous les matins, le réveil a sonné trop tôt ce n’était pas vraiment un rêve, juste un demi-sommeil, sans images rémanentes au réveil, des sensations, effacées fichu réveil c’était bien un peu bizarre, inhabituel y retourner ? trop tard trop tard je ne savais pas où j’étais, avec qui, mais c’était plutôt « ... chaud » Je savais que le moment était perdu, disparu, qu’il fallait me lever, d’abord sortir le bras de sous la couette, au froid de la chambre, hors du cocon, couper le bip-bip insistant du réveil qui m’avait volé quoi ? je n’arrivais pas à me souvenir. Je devais bouger, vite, me lever, ne pas fermer les yeux, surtout pas ! 6h35. Un lundi comme les autres. Ni bonne humeur ni mauvaise humeur, juste agacée des sensations de ce rêve qui traînait en arrière-plan dans ma tête, une impression persistante de perte. » — Et puis tu sais bien, les rituels du matin « les mêmes gestes tous les matins de semaine : salle de bain, peignoir, arranger mes cheveux, petit coup d’œil au miroir ; et puis dans la cuisine, la télé réglée sur une chaîne d’infos, préparer le café, regarder la température extérieure sur l’afficheur digital, écarter le rideau La pelouse était blanche de givre, la lumière du lampadaire de l’autre côté de la rue était voilé d’un halo de brume, et je distinguais à peine au-delà des arbres les lumières de la place et le clocher. retour vers la salle de bain pendant que la cafetière crachotais, miroir encore, peignoir et t-shirt de nuit ôtés, et la douche, quelques repousses de poils sous mes doigts sur les jambes, en haut des cuisses et dans l’aine, les aisselles, rasées sous l’eau de la douche » — Tu vois, c’était le matin que je me suis faite toute douce, et j’avais rien prévu du tout et toujours en tête ce rêve, c’était bien, chaud j’étais collante sous mes doigts sous la ...
«1234...9»