1. Barronerie (partie 2 - Préparatifs et entrée en matière) (1)


    datte: 03/09/2017, Catégories: Partouze, Auteur: Lou Alexandre, Source: Xstory

    Il avait fait patienter sa soumise dans la chambre réservée à ce genre d'invité. Nue sous un peignoir de satin rouge, au milieu de la pièce, elle avait les genoux sur un coussin de soie et était attachée par le cou, les yeux bandés. Il était venu la nourrir, d'un plat aux truffes et d'un fondant au chocolat, qu'il lui avait fait déguster avec une grande délicatesse, dans un climat de tension érotique intense. Nourrir ses soumises était un de ses grands plaisir. Le sentiment de domination était puissant pour lui. Pour le dessert, il avait trempé sa queue dressée dans le chocolat dégoulinant et encore tiède. Puis il l'avait enfourné dans la bouche de son esclave afin qu'elle se délecte de ce fondant merveilleux. Le soir arriva doucement, avec sa lumière teinté de tendresse. Il s'était préparé, en costume noir, chemise blanche et cravate vermillon. Ses chaussures étaient impeccablement cirées. Il mit son masque, noir aussi. Sobre, sans fioritures, ce loup vénitien lui couvrait jusqu'au bas du nez. Il l'avait fait faire sur mesure, à partir de ses propres dessins. Sa soumise eu le droit également à une toilette bien particulière. Après un bain parfumé, il lui avait fait mettre une robe blanche à dos nu sur son corps vierge d'autres tissu. On profitait ainsi parfaitement de ses magnifiques courbes. Il lui choisit un masque violet en dentelle. Autour du coup, il lui mit un collier de cuir, sur lequel était gravé son nom et auquel il attacha une laisse. Il lui enfila des talons. ... Une coiffeuse vint tout particulièrement faire à la demoiselle un chignon sophistiqué et élégant. Certains rasait les cheveux de leur soumise mais il trouvait cela de mauvais goût. Pour couronner les préparatifs, il inséra un petit plug anal avec un véritable diamant 10 carats dans le cul de sa soumise puis glissa, par gourmandise, deux boules de geisha dans la chatte de la belle. Il la parfuma une dernière fois, ajusta sa cravate, s'assura d'avoir son invitation. Tout était parfait, ils étaient fin prêt pour la "barronerie". Elle ne vit rien du trajet derrière les vitres teintées. Il fut assez long. Par les secousses de la voiture, elle devina qu'ils passaient sur des chemins caillouteux, à la campagne sûrement, dans un endroit isolé des regards. Sous l'influence des objets qui la remplissait, ses orifices se contractaient avec les vibrations. Elle sentait qu'elle humidifiait le cuir des fauteuil et cela lui procura un sentiment étrange de honte et d'excitation. A côté d'elle, son maître se contentait par moment de lui caresser le haut de la cuisse. Une fois seulement, il frôla le sexe de son esclave d'un doigt satiné et délicat, ce qui la fit frissonner de bonheur. La berline noir pénétra dans la domaine d'un grand château Renaissance. Le véhicule passa un imposant portail noir et roula dans l'allée gravillonnée avant d'aller se garer devant le château avec les autres véhicules du même calibre. Le maître fit le tour de la voiture pour aller prendre sa soumise par la laisse et ...
«1234»