1. Marina et ses cousins (7)


    datte: 05/09/2017, Catégories: Partouze, Auteur: santiano33, Source: Xstory

    Il est presque vingt et une heure. Marina demande à Serge de lui donner un coup de main pour apporter les toasts et l’alcool pour l’apéritif. Ce qui ne manque pas d’énerver les deux cousins qui sont assis sur le canapé du salon. L’ambiance est complètement électrique. Au bout de quelques secondes, le couple revient et dispose les affaires sur la table basse. Nous trinquons au bon repas que nous allons prendre, les discussions vont bon train. Tous les sujets y passent. Il n’y a que Jean et Louis qui sont totalement en retrait. Marina qui n’a d’yeux que pour Serge, et Chantal pour Robert ne prêtent même pas attention à eux. Ils ne sont pas comment dire, les stars de la soirée si je peux me permettre de le dire ainsi. Alors que moi, je n’ai aucun souci. Pour le coup, je me sens beaucoup moins intrus qu’à Noël. Et franchement, ce n’est pas pour me déplaire. Je sens bien que la situation devient de plus en plus favorable. Après cette demi-heure fort sympathique, nous nous retrouvons autour de la table pour consommer le repas du réveillon. L’alcool coule une fois de plus à flot, entre le vin, les digestifs, et le champagne, je sens bien qu’une autre chaleur, une autre ambiance est en train de naître. Il est vingt-trois heures trente, nous nous dirigeons tous dans le salon, Chantal allume la télévision pour savoir précisément quand le décompte de la nouvelle année aura lieu. Un animateur assez célèbre diffuse de la musique. Tout le monde se met à danser, bras dessus bras ... dessous. Je danse un peu avec Chantal, et même avec Marina quelques fois, mes amis routiers font de même. Tandis que les deux cousins sont assis sur le canapé attendant péniblement que cette soirée se termine. Les corps s’enlacent, se frottent, des bisous furtifs ou bien appuyer font leur apparition. La température ambiante est clairement montée d’un cran supplémentaire. Cinq, quatre, trois, deux, un, zéro, Chantal embrasse à pleine bouche Robert, Serge, Marina et moi-même. Tandis que les deux cousins s’énervent suite à ce comportement. Ils se montrent même assez agressifs. Leur tante essaye de les calmer, mais rien n’y fait, la tension nerveuse est bien trop prononcée. À ce moment-là, Robert et Serge font semblant de leur apporter une accolade, une légère bousculade s’en suis. Jean et Louis sont pris par la taille, je me dépêche de récupérer deux chaises dans la cuisine que je positionne de part et d’autre du radiateur en fonte qui se situe dans le salon. Et ils se retrouvent, en un rien de temps, attachés. Ils ne peuvent plus bouger. Les deux routiers n’ont pas fait dans la demi-mesure. Chantal excédée par le comportement des deux garçons, ricane en les voyants en mauvaise posture. Et leur explique qu’il est inacceptable de voir autant d’agressivité en ce jour de fête. Les deux cousins crient leur colère, ils se retrouvent, en un rien de temps, bâillonnés. Et c’est dans une chaleureuse accolade que Marina et sa tante remercient Robert et Serge. Une musique d’ambiance sort des ...
«1234»