1. Dialogue avec ma q---e


    datte: 23/09/2017, Catégories: fh, hplusag, couleurs, inconnu, hotel, voyage, voiture, autostop, trans, Oral, Oral, 69, pénétratio, fsodo, portrait, occasion, Transexuels, Auteur: P.R. de Montels, Source: Revebebe

    Vous ne pouvez pas le savoir, mais Armande c’est ma queue, ma bite, ma bistouquette, ma quéquette. Pourquoi avoir appelé un sexe mâle par un nom féminin ? Je ne sais pas, ou peut-être que si. Je trouve à Armande des qualités si diverses que seules les femmes sont capables d’une telle diversité. Armande peut se montrer agressive, impatiente, capable de prendre d’assaut une place qui lui résiste comme elle peut être douce, patiente, tendre et caressante. J’aime bien Armande ; nous cohabitons depuis de longues années, nous nous supportons seulement parfois, nous sommes à l’unisson souvent. La nature nous a imposés l’un à l’autre. Nous n’avons pas eu à nous plaindre de ce choix. J’en ai connus qui ne se supportaient pas, et ce fut la guerre avec ses amputations. Armande n’est pas un personnage extraordinaire. De taille et de grosseur dans la médiane des normes, elle se distingue simplement par son côté discret et passe-partout. Par contre, c’est la championne de l’amplitude. Elle est capable de jouer à cache-cache, se retirant complètement dans son logement par désœuvrement ou pour m’impatienter, comme de me mettre dans l’embarras quand, juchée comme sur une échelle, sa tête dépasse de mon slip ou de mon maillot sous prétexte qu’il y aurait quelque chose d’intéressant à voir. Une vraie cabotine. Pour l’heure, je roule sur l’autoroute. C’est la nuit ; je savoure la douceur de l’air tempéré par le climatiseur. Armande a envie de parler. Je le sais : je ressens une certaine ...
    tension chez elle ; je la connais bien. J’accepte le dialogue. Il faut dire que quand Armande a envie de quelque chose, j’ai beaucoup de mal à la contredire. C’est ainsi depuis longtemps, et j’avoue que dans l’ensemble je n’y ai pas trouvé que des inconvénients. D’ailleurs à ce propos, elle me rappelle une histoire que nous avons vécue ensemble. C’était il y a quelques années ; nous étions allés en boîte lors d’un séminaire de travail. Alors que je commandais un cocktail au bar, mon regard s’est posé sur une jeune femme de grande taille, assez maquillée, mais apparemment pas mal faite. Nos yeux se sont croisés, et – comment vous expliquer le phénomène ? – Armande a dû la voir également et m’a intimé l’ordre de lui offrir un verre. J’étais un peu réticent, car ce n’était pas tout à fait mon genre de femme. Trop grande, trop maquillée pour mon goût. Mais cette diablesse d’Armande insistait, et je la sentais se démener dans mon pantalon, signe chez elle d’autorité et d’impatience. Je finis par obtempérer et offris un cocktail à la demoiselle qui l’accepta. Du bar, nous passâmes un moment sur la piste de danse. Au retour, la demoiselle nous proposa d’aller boire une coupe de champagne chez elle à deux pas dans la même rue. Armande et moi étions satisfaits de la tournure des évènements, mais aussi un peu surpris et légèrement inquiets de sa rapidité. Néanmoins nous avons suivi notre hôtesse jusque chez elle. Il y avait bien une bouteille de champagne dans le frigo, un lecteur de CD qui ...
«1234...9»